Autoroute Tunis-Medjez El Bab-Oued Zarga: Medjez El Bab à vol d’oiseau


• Ouverture prochaine à la circulation sans péage sur le tronçon Tunis-Borj El Amri-Oued Zarga.
La Presse — C’est l’été. Un soleil de plomb darde déjà ses rayons à 9h00 du matin sur les conducteurs qui avancent péniblement sur la sortie Est vers la GP5, seule voie qui dessert, à partir de la capitale, le Nord-Ouest tunisien.



Arrivés au niveau d’un carrefour giratoire où se dressent avec fierté trois palmiers et quelques oliviers, ils voient des panneaux de couleur bleue qui signalent la direction de Béja et du Kef par autoroute cohabitant avec des panneaux verts qui indiquent les mêmes directions par la GP5. Notre accompagnateur, M. Mohamed Salman, directeur du projet de l’autoroute Tunis-Medjez El Bab-Oued Zarga, esquisse un large sourire et nous confie  que nous serons à Medjez El Bab dans 20 minutes ! 45 km en 20 minutes, c’est forcément un record. Inimaginable, il y a quelques mois. Point de secret, nous sommes au point d’origine de l’autoroute A3, un nouveau fleuron d’infrastructure qui vient renforcer  la toile des autoroutes tunisiennes.
Le choix de ce point d’origine, qui se situe sur la sortie Est à 8,5 km de Bab Sidi Gacem et au niveau de Sidi Hsine et la Cité Borj Chakir,  explique M.Salman, réside dans le fait qu’il représente un point  d’intersection entre la sortie Est de la capitale, la route X et la X20 qui débouchera sous peu sur cette direction, ainsi qu’avec l’intercommunale sud ( travaux en cours)qui va relier l’autoroute du Nord-Ouest à celle du Sud, c’est-à-dire Nabeul-Hammamet-Sousse et Msaken. «Un giratoire appelé à devenir, une fois les travaux achevés, un échangeur, selon le schéma directeur de la circulation», assure le directeur du projet de l’autoroute. La barrière qui bloque l’accès à l’autoroute se lève, sous le regard envieux de quelques automobilistes tentés de nous emboîter le pas sur ce nouveau tapis d’enrobé qui s’allonge jusqu’à Medjez El Bab. Sur notre route, on  rencontrera quelques-uns qui, usant de tous les subterfuges, font  des acrobaties pour se faufiler sur cette voie expresse. Bravant des risques certains, ils font fi des normes de sécurité de circulation comme la mise en place des glissières de sécurité à l’intérieur du terre-plein central et les bornes d’appel de secours qui ne sont pas encore implantées. Pourtant, une patrouille de la garde nationale est postée sous un pont à la hauteur de Borj El Amri pour les en dissuader.

Le confort  de la conduite

La localité de Mornaguia, qui se situe à 5 km du point d’origine de l’autoroute, est la première sortie avant péage, annonce un panneau de signalisation d’un nouveau type. D’ailleurs, «les habitants de cette localité bénéficieront des prestations sans avoir à payer un millime, même après l’entrée en vigueur du péage», lance avec une pointe d’humour le directeur du projet. On n’arrivera à la première gare de péage qu’à proximité du kilomètre 10. Une gare pas tout à fait achevée mais qui présente déjà un profil de huit coulisses réversibles qui attendent toujours la mise en place d’atténuateurs de chocs. L’entrée sur le tracé révèle le respect de la signalisation horizontale, le traçage au sol et la pertinence du choix des panneaux de signalisation verticale.
En effet, forte d’une expertise et d’un savoir-faire, Tunisie-Autoroutes pilote ses projets avec de nouveaux standards de qualité. Et même si cette autoroute présente un profil identique à celui de l’autoroute de Bizerte avec un tracé de deux fois trois voies, une bande dérasée d’un mètre et une bande d’arrêt d’urgence de trois mètres, la signalisation verticale sur la nouvelle autoroute gagne en qualité et en termes de confort visuel. En effet, on a choisi pour l’autoroute A 3 des panneaux en aluminium qui résistent à la corrosion et qui présentent un plus sur le plan de la sécurité puisqu’ils sont plus souples que l’acier au moment du choc.
Un autre procédé a été utilisé pour la signalétique, à savoir le recours au scotch type diamon grade qui a un très fort effet de rétroflexion au lieu de la  peinture. Par ailleurs, des panneaux sur des hauts mâts, ces supports élancés, mettent la signalisation en valeur. Ainsi, on ne pourra plus rater une sortie, selon notre interlocuteur. En effet, la sortie N°1, par exemple, est indiquée de la façon suivante : Sortie N°1 suivie d’une indication routière «L 576» et pour ceux qui ne se retrouvent pas encore, il s’agit de la direction de Mornaguia. Soit, une autoroute qui assure le confort de la conduite, la sécurité et la fluidité de la circulation et l’information. Mais auparavant, il a fallu terrasser, décaisser, déblayer et remblayer ce parcours à travers champs et entre monts et vallées.

Six grands ouvrages hydrauliques

En effet, les travaux de ce chantier ont démarré en trois lots séparés au mois de juillet 2003 avec un délai d’exécution initial de trente mois. Le coût du projet est de 225 millions de dinars, avec un financement du Fonds arabe de développement économique et social (Fades) à hauteur de 50%.
Le reste est supporté par la partie tunisienne. L’autoroute, d’une longueur totale de 66,3 km, comporte six grands ouvrages hydrauliques au niveau des oueds Chaffrou, El Maleh, El H’mar, Aïn B’lel, Medjerda et Aïn El Gattar. Le projet comporte aussi 179 petits ouvrages hydrauliques, 10 passages inférieurs et 17 passages supérieurs pour faciliter aux habitants riverains de l’autoroute leurs déplacements en toute sécurité. Sur un autre plan, cinq échangeurs ont été prévus, à savoir un échangeur principal au niveau de Mornaguia et quatre autres échangeurs secondaires à hauteur de Borj El Amri, Medjez El Bab ,Testour et Oued Zarga. Afin d’améliorer les sorties et les entrées des routes structurantes, une bretelle de liaison de 4,2 km au niveau   de Borj El Amri et une deuxième à la hauteur de Medjez El Bab d’une longueur de 2,8 km sont d’ores et déjà fonctionnelles. Les travaux de terrassement se sont avérés une tâche herculéenne de déblai et de remblai de près de 19 millions de m3 de matériaux qui n’a pas pour autant empêché le maître d’œuvre de respecter les délais impartis à l’achèvement des travaux, et ce, malgré certains obstacles imprévus survenus sur chantier, mais qu’on est parvenu à contourner.
S’agissant de deux saisons pluvieuses, dans cette région connue pour l’intensité de ses pluies, les travaux ont été suspendus pendant 200 jours ! Un retard comblé par l’accélération des travaux et grâce à l’affectation des travaux en trois lots différents. Cependant, il est à signaler que l’autoroute ne sera ouverte à la circulation, début juillet prochain, que dans la limite de la première et de la deuxième section, à savoir Tunis-Borj El Amri-Medjez El Bab.
L’ouverture de la troisième section Medjez El Bab-Oued Zarga est prévue vers la fin de l’été. Et pour cause,  dans la dernière partie du lot n°2, les travaux de terrassement ont mis en évidence la présence d’anomalies karstiques liée à  la dissolution du gypse sur un tronçon de 2,5km et qui s’est manifestée par des cavités karstiques. Bien sûr, la terre ne livre pas tous ses secrets puisque même les études hydrogéologiques ne sont pas parvenues à révéler ce genre d’anomalies. Fort heureusement, les solutions techniques sont là pour pallier ce phénomène de terre en «gruyère». Une action curative est vite envisagée. Il s’agit, selon M.Mohamed Salman, de remplir d’abord ces cavités par une coulée de ciment suivant un mélange déterminé et de passer ensuite à une action préventive où l’on étend une couche de géotextile synthétique au niveau de la plate-forme de l’autoroute. Ce matériau résiste aux efforts de traction et peut supporter la chaussée. Il s’agit ensuite de le couvrir d’une couche d’un mètre de remblai sur lequel on construit la chaussée qu’on protège par une couche d’étanchéité. Le troisième écueil sur terrain a été indéniablement l’ouvrage hydraulique au niveau de Oued Medjerda et qui a nécessité une suspension des travaux pendant quatre mois pour étudier la façon de cerner les débits imprévisibles constatés sur le terrain.

10.000 à 12.000 véhicules par jour

En effet, les constructeurs ont été confrontés à un problème de révision des dimensions de l’ouvrage, pour prendre en compte l’arrivée par l’Oued Medjerda des eaux de crues d’Algérie et les lâchures des eaux du barrage. Il s’agit au fait du plus grand ouvrage hydraulique avec un profil définitif de 150 mètres linéaires de long et qui est fait en deux fois trois voies afin de faire face à un trafic appelé à aller crescendo au fil des ans. D’ores et déjà, les prévisions tablent sur un trafic variable de 10.000 à 12.000 véhicules par jour mais décroissant au niveau de Borj El Amri et de Medjez El Bab pour aboutir à un trafic de l’ordre de 7.500 voitures au niveau de Oued Zarga. En effet, le trafic actuel sur la GP5 est évalué à plus de 20.000 voitures /jour et l’ouverture à la circulation sans péage de l’autoroute va détourner une quantité importante de ces véhicules. Il est à rappeler qu’initialement, le projet portait sur une autoroute Tunis-Medjez El Bab. Mais suite à une décision présidentielle, l’autoroute s’étendra jusqu’à Oued Zarga (10 km) avec l’idée de la prolonger jusqu’aux frontières algériennes. La première étape sera donc Tunis Oued Zarga, la deuxième étape sera Oued Zarga-Bousalem et la troisième jusqu’à la frontière algérienne.

Sans péage, au début

Cette autoroute sera ouverte sans péage au début. On estime le  taux de fuite (retour du trafic sur la GP5) entre 15 et 20% après péage . Et même si sur cette autoroute, la vitesse de référence est de 120 km/heure pour le dimensionnement des virages, la vitesse sera toujours limitée à 110 km à laquelle il faut soustraire 20km/heure en cas de pluie comme le stipule le Code de la route et comme le signalent les panneaux de limitation de vitesse disposés tout le long du parcours, tous les cinq kilomètres. Pour le passage d’animaux dans cette zone, connue pour l’importance de sa faune et de son cheptel, le directeur du projet assure qu’il n’a pas localisé de point de passage d’animaux et «qui soit susceptible de provoquer des accidents». «Sur cette autoroute, on a plus de 180 ouvrages hydrauliques, ce qui fait que tous les trois cents mètres, on a un ouvrage souterrain que les animaux peuvent emprunter facilement et sans avoir à passer par la route» , ajoute-t-il tout en laissant à l’exploitation réelle de l’autoroute, la révélation des anomalies si anomalies il y a. Vivement donc l’implantation de ces glissières de sécurité (qui représentent un marché à part avec près de 5 MD et qui va démarrer bientôt) et l’ouverture tant attendue de cette voie express dont les retombées sur le plan économique et social ne seront que bénéfiques pour une région qui regorge d’opportunités et de potentialités. Le progrès vient par les routes, a-t-on toujours répété.
Chokri BEN NESSIR

Source: La Presse


Source: lapresse.tn

Tags: almadouri localité, autoroute a3 tunisie par ou y aller, autoroute tunisie carte, barrage hydrolique de zarga en tunisie, carte autoroute tunisie, carte autoroutiere tunisienne, carte de l'autoroute de la tunisie, carte michelin autoroutes tunisienne, carte routiere autoroute tunisie, carte routière majez el bab tunis, carte routiere mornaguia, carte routière oued zarga bousalem tunisie, carte tunisie medjez el bab, duree des travauxe demarrage de l'autoroute A3 en tunisie, ecole de garde nationale oued zarga, garde nationale oued zarga, garde nationale tunisie oued zarga, garde oued zargua, gp5 autoroute, medjez el bab oued zarga – lot 2, medjez el bab+garde nationale, Medjez-el-Bab. FAUNE DE ANIMAUS, mohamed salman tunisie, mohamed salman+tunisie, mohamed salmane tunis, mohamed salmane tunisie, mohamed salmane tunisie annonce, moohamed salmane tunisie autoroute, mornaguia terre, oued el maleh et oued medjerda, oued medjerda majez el bab, oued zarga garde nationale, panneaux publicitaire tunisie auto route, plan de l'autoroute de tunisie mornaguia, plan de medjez el bab, plan de situation autoroute oued zarga-bousalem, poste secours Mjez bab tunisie, profil type d'un autoroute en tunisie, projet AUTOROUTE tunis medjez el bab lot 2, que veut dire medjez el bab, route GP5 TUNIS A borj el amri, routes et autoroutes tunisie cartes, schéma autoroutier tunisie, Tunisie-autoroutes, Autoroute Oued Zarga - Bou Salem, l’autoroute, medjez, travaux, zarga, autoroute, niveau, trois, projet, effet, péage, sortie, tunis, sécurité, panneaux, circulation, signalisation, point, directeur, d’une, trafic, hydrauliques, hauteur, ouvrages, première, s’agit, couche, vitesse, troisième, l’ouverture, deuxième, medjerda, assure, d’origine, salman, direction, c’est, route, jusqu’à, profil, mornaguia, terre, mètres, tunisie

Posté le jeudi 13 août 2009 dans Actualités nationales



Commentaires

  1. dsw

    w

  2. madouri

    on veut un plan de medjez el bab !!!!!!!

Laisser un commentaire





Les champs marqués d'une * sont requis.
Cliquez ICI pour signaler un commentaire illicite.
Merci.